LOgo de Gao Infos

L'information En Temps Réel, C'est Sur GAO INFOS

LOgo de Gao Infos

Connexion



Bienvenue sur la page de l'actualité de GAO INFOS


Soirée culturelle TAJAKANT


Sous le haut parrainage de la Première Dame du Mali, Keïta Aminata Maiga, Présidente de l’ONG AGIR

La ligue mondiale TAJAKANT Al ‘Jakany Baby du Mali (Tribu arabe maraboutique et guerrière) a organisé dans la soirée du samedi 27 avril 2019, au Centre International de Conférences de Bamako, la soirée culturelle consacrant le lancement solennel de ses journées culturelles avec pour thème « La Paix, la Solidarité et la Réconciliation ».

Dans son mot de lancement la Première Dame a félicité et remercié les organisateurs pour l'initiative qui s'inscrit dans la recherche de la consolidation de la Paix au moment où le Mali a le plus besoin de toutes ses filles de tous ses fils. Keita Aminata Maiga a souhaité que les conclusions des conférences-débats qui auront lieu sur le thème de la Paix de la Solidarité et de la Reconcilation viendront renforcer les stratégies et solutions pour apporter la paix dans les coeurs et apporter la paix, la cohésion sociale, le vivre ensemble entre toutes les communautés du Mali.

Les journées culturelles qui se dérouleront du 27 au 29 avril 2019 seront marquées par des conférences débats sur le thème. Depuis des décennies les Baby du Mali servent de vecteur d’entente et de cohésion sociales entre les communautés, d’où l’organisation des présentes journées culturelles au moment où le Mali est engagé dans la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus D’Alger.

Selon les organisateurs, les Tajakant ( musulmans et commerçants transahariens ) sont arrivés au Mali au XIIIè siècle. Les premières caravanes arrivées se sont installées à Taoudeni, Arawane, Boujbeha, Tombouctou et Gao. En Afrique, la tribu est fortement dominante en Mauritanie, elle réside également au Maroc et en Algérie. La soirée a été marquée entre autre par des prestations musicales (orchestre musical venu de la Mauritanie) et des poèmes sur la cohésion sociale.

La soirée a mobilisé aux côtés de la Première Dame, le Secrétaire Général du Ministère de la Culture, les membres du Cabinet de la Première Dame, les ambassadeurs accrédités au Mali, les représentants des TAJAKANT et de nombreux invités d’honneur, dont les représentants de Djina Dogon, et Tabital Poulaku.

Présidence de la république du Mali
Article publié ,le 28/04/2019 13h49min00s par GAO INFOS




Financement du terrorisme

La Centif découvre 3 milliards sur un commerçant malien à Dakar

Inculpé et placé sous mandat de dépôt dans l’affaire Ould Sidi Ahmed Sina, lié au planificateur et au cerveau de l’attaque de Grand Bassam en Côte d’Ivoire, les choses se corsent pour Boubacar Niangadou, commerçant malien établi à Dakar. Ce, suite à un rapport d’enquête de la Centif, qui a découvert sur lui 3,137 milliards de Fcfa.

L’argent aurait transité dans son compte logé à la Bicis. Le journal Libération précise que le mis en cause était titulaire de deux comptes ouverts dans les livres de deux banques à Dakar. Informé de son arrestation, il vide tous ses comptes et assure que l’argent, accumulé sur deux ans, provient de la vente de tissus “bazin”.
D’après l’enquête de la Centif, Ould Sidi Ahmed Sina s’est procuré une fausse identité au nom de Boubacar Niang pour obtenir des agréments à Wari et Joni-Joni afin de s’adonner, à travers un transfert d’argent dénommé “Hawala”, à ses activités criminelles.

Il s’agit, renchérit Libération, d’un mode de transfert d’agent informel, quasi-intraçable de par son modus operandi, fortement utilisé par les délinquants financiers. Deux bénéficiaires des fonds, dont un proche du jihadiste et trafiquant Mohamed Rouggy, ont été identifiés.

metrodakar
Article publié ,le 28/04/2019 13h46min30s par GAO INFOS




BARKHANE

Opération dans le Liptako-Gourma

Du 11 au 16 avril, le groupement tactique désert « Bir-Hakeim » a mené une opération de contrôle de zone dans la région du Liptako-Gourma, dans les secteurs de In-Delimane, de l’Oued Inkisman et au sud de la RN 20. Cette opération a été menée conjointement avec une unité des forces armées maliennes de la garnison d’In-Delimane.

Cette zone carrefour entre le sud du Liptako malien et Telataï est connue pour être une zone d’activité des groupes armés terroristes et de coupeurs de route.

Menée dans la continuité des précédentes opérations de contrôle de zone, cette opération avait pour objectif de maintenir une pression permanente sur les groupes armés terroristes, en les privant de leur liberté d’action. Elle visait également à consolider les liens des forces armées maliennes avec la population.

Au bilan, cette opération intermédiaire aura permis de développer encore davantage la connaissance de la zone d’action et de continuer à nouer des liens de confiance avec la population. Elle aura également permis de déceler des itinéraires empruntés par les groupes armés terroristes.

Une patrouille conjointe réalisée dans le marché d’In-Delimane à un moment de forte affluence aura également permis d’afficher auprès de la population locale la détermination des partenaires à œuvrer pour sa sécurité.

Commandée depuis son poste de commandement tactique sur la base avancée de Ménaka par le colonel Soubrier, chef de corps du groupement « Bir-Hakeim », cette opération a engagé une centaine de personnels et une trentaine de véhicules.

Conduite par les armées françaises, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, l’opération Barkhane a été lancée le 1er août 2014. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad. Elle regroupe environ 4500 militaires dont la mission consiste à lutter contre les groupes armés terroristes et à soutenir les forces armées des pays partenaires afin qu’elles puissent prendre en compte cette menace.

Sources : État-major des armées
Droits : Ministère de la Défense
Article publié ,le 28/04/2019 13h45min19s par GAO INFOS




Ménaka

Des interrogations après l’assassinat du frère du maire

Les faits se sont produits dans la nuit du 23 au 24 avril dernier. Des assaillants lourdement armés s’étaient introduits, cette nuit-là, au domicile de Alhader Ag Mohamed (frère du maire de Ménaka) dans la localité de Intele, située à environ 70 km au Nord-est de la ville de Ménaka. Pour l’heure, le mobile de son assassinat reste inconnu.

Toutefois, le défunt était connu comme un notable très respectable, un guide et un grand médiateur social. Selon la communauté Idaksahak à laquelle il appartenait, Alhader Ag Mohamed a « contribué au rapprochement des communautés, au dialogue et au renforcement de la cohésion sociale ». Les assaillants qui l’ont criblé de balles étaient sur des motos.

En tout cas, les indices montrent que cet acte n’est autre que l’œuvre des éléments de l’Etat Islamique au Grand Sahara (EIGS). Lesquels, bien qu’en mauvaise posture, font tout pour mettre le processus de paix en péril.

Kibaru
Article publié ,le 28/04/2019 13h43min17s par GAO INFOS




TERRORISME

RISQUE TRÈS ÉLEVÉ D’ATTAQUES SUR LES ZONES MILITAIRES DE KOULIKORO ET DE SEGOU, DES SURVOLS D’HÉLICOPTÈRES NON IDENTIFIÉS APERÇUS DANS LES LOCALITÉS DE GOMACOURA ET DE FARABOUGOU.AFRICA-KIBARU EXHORTE À UN RENFORCEMENT MILITAIRE DANS LES ZONES CITÉES

Qelques jours après les attaques de Guiré près de la frontière Mauritanienne contre un camp militaire Malien, les FAMA (forces armées maliennes) ne sont pas à l'abri d'une nouvelle menace terroriste imminente.Selon une note confidentielle classée 'secret défense ', les camps militaires de Koulikoro et de Segou sont des cibles potentielles.
DES SURVOLS SUSPECTS D’HÉLICOPTÈRES NON IDENTIFIÉS

Une note confidentielle adressée au poste de commandement interarmées de théâtre du G5 Sahel(PCIAT) en date du 25 avril signale le survol d'hélicoptère non identifié dans les localités de Gomacoura le 24 avril 2019 à 10H00.Après le même hélicoptère a été aperçu deux fois aux environs de Farabougou où il a atterri dans un buisson à 16 h au milieu d'un dispositif établi par des groupes armées terroristes qui ont attaqué les camps de Dioura et Guiré en causant plusieurs morts parmi les forces armées maliennes.
UNE SOURCE CONFIDENTIELLE DES FORCES CONJOINTES DU G5 SAHEL SOUPÇONNE UN SOUTIEN LOGISTIQUE D’UNE PUISSANCE ÉTRANGÈRE

Le G5 Sahel soupçonne une puissance étrangère ou une organisation internationale (ONG) d'apporter son soutien matériel,financier ou moral aux groupes terroristes opérant sur le territoire Malien.Les camps militaires de Ségou et de Koulikoro sont visés avec pour objectif de prendre le contrôle de ces deux localités et d'élargir la zone d'influence des groupes armés.Le G5 Sahel prend très au sérieux la menace. Les attaques des groupes terroristes interviennent souvent de 4H à 5H du matin.Les autorités du Mali se doivent de renforcer les dispositifs des camps militaires cités pour éviter des pertes de vies humaines des FAMA qui ont déjà beaucoup donné.

Africa-Kibaru
Article publié ,le 28/04/2019 13h41min48s par GAO INFOS




ACCOUCHEMENT DU GOUVERNEMENT BOUBOU

LES RAISONS D'UN BLOCAGE

Boubou CISSÉ a presque terminé les consulations des grandes formations ou Groupements politiques pour la formation d'un Gouvernement de Large ouverture comme instruit par le président de la République Ibrahim Boubacar Keita.

Il s'est rendu successivement chez les EPM, le FSD, la COFOP, les chefs d'institutions nationales, les anciens.
Les EPM sont d'accord et leurs partis fournissent des CV et pareil pour la COFOP qui ne pose pas de préalables.
Le blocage c'est au niveau FSD piloté par Soumaila CISSÉ. Au regard de l'affaiblissement politique d'IBK suite à la motion de censure initié par l'URD mais soutenue par le RPM, son propre partie et sa majorité, Soumaila CISSÉ et alliés profitent de la faille et posent des conditions terribles au Président et à son Premier ministre:

1. Il veut un accord politique signé entre IBK et le FSD pour le partage du pouvoir entre Soumaila CISSÉ et Ibrahim Boubacar Keita, genre comme au Zimbabwe entre Morgan Twangiraye et Robert Mugabe

2. Le FSD par la voix de son président souhaite la mise en place d'une feuille de route commune, un cap, c'est à dire une instruction au Président de la République consigné dans un papier signé et officialisé avec un chronogramme d'exécution bien précis. En un mot, IBK perd 50 à 70% de ses prérogatives qu'il confèrera à des organes dirigeants dont les responsabilités seront bien réparties. Les axes de la feuille de route sont: les réformes constitutionnelles et institutionnelles, la restructuration et la reorganisation de l'armée, la gestion de la crise scolaire, la tenue de concertations nationales inclusives dans 3 mois assorties de recommandation imposables au Président de la République et au Gouvernement, la prise de mesure pour la sécurisation du nord et du centre, la relance du processus de paix et de réconciliation nationale..etc.

3. Le FSD propose la nomination de ses membres s'ils venaient à tomber d'accord sur les termes de l'accord politique, à des postes de souveraineté. On murmure l'admnistration territoriale, les finances, la justice et les maliens de l'extérieur. Le reste IBK peut partager.

A défaut de remplir ces conditions, IBK peut garder son gouvernement pour lui seul, le FSD ne serait pas partant. D'ailleurs, ils précisent que le PM n'est pas leur choix et selon la lecture du FSD, le PM devait sortir de leur camp pour un partage équitable du pouvoir. C'est de bonne guerre !

Ça ressemble à un petit coup d'Etat politique, j'allais dire la sortie douce d'IBK par la fenêtre du train en plein vol. Au FSD, nous sommes encore à la reconquête dû pouvoir et IBK doit laisser sa place à l'opposant Soumaila CISSÉ .C'est à prendre ou à laisser par IBK.

C'est la suite logique du plan de renversement dû régime IBK tracé par Soumaila CISSÉ et ses compagnons le lendemain de la réélection d'IBK mais malheureusement, Tereta et ses sbires n'ont pas vu venir cela de loin. Les opposants profitent donc de la faille et impossible leur diktat au grand désarroi de la famille RPM.

C'est le prix de la trahison et de la cupidité.

J'ai signé.
Alassane Touréh
Article publié ,le 28/04/2019 13h40min21s par GAO INFOS